Mme Ayada – nouvelle Présidente du Conseil supérieur des programmes

C’est une des bonnes surprises que nous devons au ministre Blanquer : la nomination de Madame Souâd Ayada à la tête du Conseil Supérieur des Programmes (CSP), en novembre 2017, en remplacement de Monsieur Michel Lussault (démissionnaire) qui se trouvait être très proche de l’ancienne équipe de la présidence Hollande (Madame Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation, et Madame Florence Robine, ancienne DGESCO).

Madame Ayada est professeur, agrégée de philosophie et ancienne inspectrice générale de philosophie au sein de l’Éducation nationale.

—vidéos de l’audition de Mme Ayada à visionner ci-dessous—

[Pour se rendre compte du point de départ en 2017 : cet extrait de M. Lussault présentant le nouveau programme du collège 2016 mérite d’être vu (1 min 28 sec.) ; on y perçoit clairement sa méconnaissance de ce que connaît un élève de CM2. Comme si cet élève ne savait pas qu’il existe des matières différentes : maths, français…]

Madame Ayada a donc une lourde responsabilité et une mission très difficile à remplir :
1) assumer l’héritage de la majorité précédente
(réforme néfaste des programmes du CP à la 3e) ;
2) remodeler à la marge ces programmes quand ils sont par trop indigents (sans le dire trop fort, le ministre Blanquer s’étant engagé solennellement dès son arrivée à ne pas le faire !) ;
3) et encore proposer de nouveaux programmes pour le lycée (en partant donc des programmes du collège qui sont très faibles au regard de la transmission des savoirs et qui livreront immanquablement des lycéens avec un bien faible niveau…).

Un bon exemple de mise en pratique du « Et en même temps… » cher au Président Macron. Il est impossible de dire ce qui adviendra mais une chose est sûre : il sera difficile d’inverser une tendance au nivellement par le bas vieille de plus de 40 ans. Les premières réactions n’ont pas tardé !

Ceci étant posé, écoutons avec intérêt Madame Ayada qui s’est longuement exprimée au cours d’une audition parlementaire au Sénat le 24 janvier 2018.

Directe, déterminée, les idées claires, elle répond sans détour aux questions que lui posent les parlementaires.

Arrivera-t-elle à faire manœuvrer le « mammouth » ? L’histoire le dira.

Bon visionnage ! (vous avez des extraits ci-dessous, l’intégralité de son intervention – 2h19 -est disponible ici).

Sur l’absence de réforme de la réforme de 2016 / sur l’interdisciplinarité et la nécessaire maîtrise des connaissances disciplinaires :

Sur l’idée de supprimer l’enseignement de l’écriture manuscrite à l’école / sur le numérique à l’école primaire

Sur la méthode de travail du CSP / sur la façon d’enseigner l’histoire

Sur l’importance de l’enseignement de la grammaire / sur l’excellence manuelle

Sur le traitement actuellement réservé à l’enseignement de l’islam à l’école

Sur l’éventuelle suppression des notes à l’école

Sur l’enseignement du latin

Sur l’enseignement de l’informatique (de la pensée « computationnelle ») – chapeau bas Madame la Présidente, la réponse claque !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *